Le Conseil fédéral visite le tunnel de base du Saint-Gothard

Le tunnel de base du Saint-Gothard a été le théâtre d’une première aujourd’hui : lors de sa visite du plus long tunnel ferroviaire du monde, le Conseil fédéral a pris place a bord du premier train de voyageurs à circuler sur les rails définitifs entre Erstfeld et Sedrun. La présidente de la Confédération, Eveline Widmer-Schlumpf, a souligné dans son allocution la grande importance que revêt la Nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes (NLFA) pour le réseau ferroviaire européen.

Cette visite du tunnel de base du Saint-Gothard a permis aux membres du Conseil fédéral de se faire une idée plus précise de ces travaux logistiques complexes, qui entrent dans la phase des aménagements définitifs. Après la jonction opérée en octobre 2010, c'est aujourd'hui la dernière étape avant la mise en exploitation du tunnel qui commence, avec l'aménagement du système d'extraction et le montage des installations techniques.

Dans son allocution, la présidente de la Confédération, Eveline Widmer-Schlumpf, a adressé ses remerciements aux collaborateurs d'Alp Transit Gotthard AG et en particulier à tous les collaborateurs des entreprises qui ont rendu possible la réalisation de l'ouvrage du siècle qu'est la NLFA, dans des conditions parfois difficiles. Elle a souligné l'immense performance logistique et financière qui a été réalisée, affichant sa satisfaction et son optimisme quant au respect du plafond des dépenses et du calendrier.

Mise en exploitation probable à la fin 2016
La mise en exploitation commerciale du tunnel de base du Saint-Gothard est prévue pour la fin 2016, après dix-sept ans de travaux. Fort de ses 57 kilomètres, le plus long tunnel ferroviaire du monde constituera l'un des éléments permettant de répondre durablement à l'accroissement du volume des voyageurs et des marchandises transitant sur l'axe nord-sud. Comme le tunnel de base du Loetschberg, en service depuis 2007, le tunnel de base du Saint-Gothard est conçu pour faire circuler des trains à grande vitesse transportant des voyageurs ou des marchandises. La Suisse, qui construit par étapes les accès au tunnel de base du Saint-Gothard et au tunnel de base du Ceneri, attend des deux pays que sont l'Allemagne et l'Italie qu'ils terminent à temps eux aussi, comme convenu, leurs raccordements.

Les membres du Conseil fédéral ont embarqué à Erstfeld pour un voyage d'une vingtaine de kilomètres sous la montagne qui les a emmenés jusqu'au poste multifonctionnel de Sedrun, après quoi ils ont emprunté l'installation d'extraction sur 800 mètres jusqu'à la tête du puits, avant de prendre le train de galerie à destination de Sedrun, où ils ont rencontré une délégation du gouvernement grison ainsi que la population de Sedrun au bord du Lag Claus Surrein, une aire de baignade créée à la faveur de l'aménagement de la NLFA.

Lors de la visite du tunnel de base, le président directeur général d'Alp Transit Gotthard AG, Renzo Simoni, a fait le point sur les travaux en cours au poste multifonctionnel et sur l'avancement des travaux sur l'axe du Saint-Gothard. Les travaux d'aménagement intérieur et le montage des installations techniques se déroulent selon le calendrier prévu. Le tube ouest du tunnel de base du Saint-Gothard entre Faido et le portail sud près de Bodio ouest est déjà équipé de toutes les installations techniques. Dès la fin de l'année 2013, des courses d'essai seront effectuées sur une section de voie de quelque 16 kilomètres, à des vitesses pouvant atteindre 230 km/h. Elles permettront de tester les interactions complexes entre tous les systèmes techniques installés dans le tunnel de base. Depuis février 2012, on procède à la pose des câbles à partir du portail nord à Erstfeld et on effectue les travaux de bétonnage de la voie fixe. Par ailleurs, au tunnel de base du Ceneri, on a percé plus de la moitié des 40 kilomètres du système de tunnel. La mise en exploitation est prévue pour la fin 2019. Entre 250 et 300 convois emprunteront quotidiennement le tunnel de base du Saint-Gothard, à partir des différents tronçons d'accès. A la fin de l'année 2011, l'Office fédéral des transports (OFT) a estimé le coût final de la NLFA (tunnels de base du Saint-Gotthard, du Ceneri et du Loetschberg, y compris d'autres aménagements) à 18,7 milliards de francs (prix de 1998).